Défendu récemment par Maud Fontenoy lors de son dernier ouvrage et de ses interviews récentes, l’art de l’essentiel consiste à se débarrasser du superflu souvent encombrant. Il est parfois qualifié également de « l’art de la simplicité ».

L’encombrement matériel dans nos sociétés actuelles

Dans notre société capitaliste de consommation, il est bien souvent tentant d’acquérir des biens matériels qui, au final, ne nous servirons pas (ex: décoration, vêtements…). Cette tendance est d’autant plus forte que s’exprime le sentiment de mode, en particulier pour l’habillement.

L’aspect financier est également à prendre en compte et peut soulager : revendre les biens inutiles peut constituer une source de revenus non négligeables pouvant servir à d’autres usages hors matériels (ex: séances de Shiatsu, voyages etc.)

Il est également possible, ce qui nous amène à parler du bien-être, de léguer ses biens à des associations caritatives ou les donner à des proches. Si recevoir est un plaisir, offrir l’est tout autant.

Apprécier le zen pour notre bien être

« Se délester du superflu, c’est se délester de ses problèmes ». Cette phrase prend tout son sens lorsque l’on comprend que l’art de l’essentiel rime avec bien-être. Se débarrasser du superflu permet, en termes spacieux, de gagner de la place mais également de moins se tracasser.

On ne se pose plus la question de savoir où se trouve tel ou tel objet, de s’occuper de son entretien voire de sa réparation, d’envisager de le revendre ou l’échanger etc. L’espace gagné dans son logement devient de l’espace gagné en soi.

De nombreux tracas et interrogations sont ainsi levés, ce qui contribue directement à notre bien-être. Enfin, le gain de temps octroyé par le débarras d’objets superflus permet de se consacrer à des activités plus enrichissantes que le rangement (ex : sport, sorties avec des proches, escapades…).

Le lien avec le Feng-shui

Le Feng-Shui consiste quant à lui à réaménager son intérieur de façon à mieux faire circuler les énergies. Il est en vérité directement lié à l’art de l’essentiel car il est parfois nécessaire, lors d’un remaniement de son habitat, de se débarrasser des choses superflues. Lorsque l’on applique le Feng-Shui (origine d’Asie), l’on réalise une sorte de « ménage de printemps » et faisant par exemple la chasse aux vieilleries inutiles (journaux, vieille vaisselle…) ou aux angles saillants. Il s’agit de ranger et nettoyer en profondeur afin de partir d’une base saine pour un habitat où les bonnes énergies peuvent circuler librement.

Déplacement de meubles, aération de chacune des pièces…sont quelques exemples de Feng-Shui comme si la poussière que l’on évacuait correspondait aux mauvaises ondes emmagasinées au fil du temps ! Autre exemple : le rangement de certains éléments matériels dans des boîtes. Cela permet non seulement de mieux s’y retrouver, d’avoir un aspect plus ordonné mais exerce également une action psychologique de satisfaction.

Enfin, il est vivement conseillé en Feng-Shui d’éloigner les appareils électromagnétiques tels que les ordinateurs ou téléviseurs des lieux de repos comme la chambre. En effet, chez certaines personnes, ces appareils sont sources de maux de têtes ou d’insomnies et, plus généralement, d’autres maladies symptomatiques. La digestion peut également s’en trouver affectée. Pas de téléviseur dans la cuisine est donc vivement conseillé.