Les Nouvelles de Charlène

Comment fonctionne la fécondation in vitro (FIV) ?

Un couple qui veut un bébé et qui n’y arrive pas peut traverser une crise très dure pouvant mener à la séparation. Le cinéma s’est d’ailleurs emparé du sujet dans le long-métrage «  Un heureux événement » qui mérite le détour. Comme vous le savez, la FIV est considérée comme l’une des techniques pour résoudre l’infertilité, pourtant il peut y avoir des complications. Voici un article sans prétention qui présente cette technique avec les avantages et les inconvénients.

Le principe de la FIV

La première FIV ou Fécondation in vitro réussie sur être humain a été réalisée en 1982. Cette opération a permis la naissance d’Amandine.

Sur le site Fiv.fr, vous avez toutes les informations utiles sur la Fécondation in vitro (FIV). En fait, cette dernière est le contraire de la Fécondation in vivo, autrement dit la fécondation naturelle. Il fait partie des techniques de Procréation médicalement assistée ou PMA.

En pratique, la FIV est la recréation de la fécondation naturelle en laboratoire. Tous les éléments et les conditions optimales pour la création d’un œuf fécondé y sont réunis. Le laborantin met dans une boîte de Pétri un ovocyte. Des spermatozoïdes capables de féconder y sont ajoutés. L’œuf ainsi créé est laissé durant 2 à 5 jours avant de l’introduire dans le ventre de sa mère. Celle-ci vit par la suite une grossesse normale, mais suivie de très près…

La FIV, pour qui ?

Tout comme l’ensemble des techniques de la PMA, la FIV est une solution mise en place pour résoudre le problème d’infertilité que certains couples rencontrent. Au début, elle concernait seulement les femmes disposant de trompes de Fallope défaillantes. Les ovaires et ovocytes de ces dernières n’ont aucun problème, c’est « le transport » qui était défectueux.

Ensuite, cela s’est généralisé avec tous les individus stériles dont les gamètes sont fonctionnels. En effet, il faut que l’oocyte et le sperme soient viables pour pouvoir bénéficier de la Fécondation in vitro. Cette page de Passeportsante.net vous donne davantage de profils indiqués pour la FIV.

Comment fonctionne la fécondation in vitro (FIV) 2

Les étapes de la fécondation in vitro

Il y a plusieurs types de FIV. Le premier est dit « classique ». L’œuf est le résultat de l’union des cellules reproductrices des deux partenaires dans le couple. Le second est également traditionnel. Le procédé est habituel, mais elle a nécessité le don de sperme ou d’ovule. Le dernier est le plus récent de tous : la FIV ICSI (Injection intra cytoplasmique). Voici les étapes bien précises de la fécondation in vitro :

  • Un traitement hormonal pour stimuler les ovaires et obtenir plusieurs follicules
  • La vérification de l’efficacité de l’opération précédente en analysant les follicules
  • La collecte du sperme suivie de sa préparation
  • Le déclenchement de l’ovulation pour la ponction des ovocytes sous anesthésie (locale ou générale)
  • La mise en fécondation par mise en contact direct des gamètes ou l’injection des spermatozoïdes dans les ovocytes
  • La culture et la sélection des embryons
  • L’insertion des embryons dans l’utérus

Cependant, avant de procéder à la FIV, il faut commencer par :

  • L’évaluation de la fertilité du couple ou de l’individu et éventuellement du donneur
  • Évaluation de l’état de santé
  • L’examen physique

Eh oui, le chemin est long, voire très long, pour débuter cette aventure qui n’aboutit malheureusement pas toujours.

Les problèmes de la fécondation in vitro

La FIV n’est pas une technique de procréation médicalement assistée infaillible. Elle a également ses dangers comme le risque élevé de prématurité, les grossesses multiples et les risques infectieux. La FIV ICSI augmente le risque de malformation génétique.

Le long combat contre l’infertilité cause de l’anxiété aux gens devenant parents grâce à la FIV. Cela se manifeste par une protection excessive de l’enfant ainsi conçu. E-sante.fr expose encore d’autres effets secondaires de la FIV.

La FIV ou Fécondation in vitro est une solution viable pour le traitement de l’infertilité. Depuis 1981, il y a encore 1 % de nouveau-nés issus de cette technique. L’infertilité n’est pourtant pas une fatalité. Il suffit d’adopter de suivre ces quelques règles pour réduire votre chance de devenir infertile, si ce n’est pas encore votre cas. Et pour finir : je souhaite bon courage à toutes les femmes qui espèrent un bébé et qui sont tombées sur cet article, ne lâchez pas !

Next Post

Previous Post

Leave a Reply

Theme by Anders Norén

© Copyright Les-nouvelles-de-charlene.fr - RSS