Les Nouvelles de Charlène

Manger cru, pourquoi et comment ?

Si pour beaucoup manger cru est une pratique alimentaire dangereuse, c’est aujourd’hui une tendance qui semble permettre le double avantage d’adopter un régime sain tout en préservant l’environnement. Simple effet de mode ou réel bénéfice pour le corps et la planète ?

Pourquoi le « crudivorisme » ?

Le crudivorisme, aussi appelé alimentation crue et vivante, est une pratique alimentaire consistant à se nourrir, exclusivement ou en partie, d’aliments crus souvent issus de l’agriculture biologique. Légumes, fruits, blanc d’œuf et plus rarement certaines viandes sont au centre des pratiques crudivores.

Dans les années 30, le docteur Paul Kouchakoff a mené une étude qui tendait à montrer que le corps considère les aliments cuits comme des envahisseurs nocifs altérant notamment le foie et favorisant les infections. Depuis, de nombreux travaux scientifiques vont dans ce sens, désirant bousculer les habitudes alimentaires. En effet, manger cru se présente comme une alternative crédible et saine à la cuisson alimentaire qui ne serait pas aussi bonne qu’on le dit pour la santé.

Le crudivorisme connaît également un essor qui va de pair avec ceux du végétarisme et du végétalisme (qui exclut tout produit ou sous-produit d’origine animale), impulsés par une conscience écologique grandissante et un souci de la souffrance animale.

L’industrie alimentaire pesant lourdement dans les dégâts que notre environnement naturel connaît et dont les pratiques sont très souvent contestées (maltraitance des animaux, etc), manger cru apparaît donc aussi comme un moyen de lutter pour la préservation de l’environnement. Ce serait donc à la fois un acte humain, politique, et bon pour notre corps.

Manger cru pourquoi et comment

Manger cru, avantages et inconvénients

« La première qualité du cru est de ne pas subir les effets néfastes de la cuisson » explique Frédéric Marr, spécialiste de nutrition alternative. Au-delà de 100°C, les nutriments que contiennent les aliments sont éliminés. Sans les vitamines et enzymes qu’ils contiennent, les aliments cuits permettent la satiété mais n’apportent aucun bienfait à notre organisme.

Côté satiété, les aliments crus possèdent deux qualités appréciables pour ceux qui font attention à leur silhouette : ils sont très peu caloriques mais occupent un volume important dans l’estomac. Le sentiment de faim disparaît donc vite sans que l’on ait à ingérer une grande quantité de nourriture. Pour en savoir plus, nous vous invitons à lire ce dossier.

Bienfaits du « manger cru » :

  • Des qualités nutritives préservées
  • Satiété garantie
  • Sensation de fraîcheur
  • Eco-responsable

Mais manger cru ne présente pas non plus que des avantages. S’ils existent incontestablement, les bénéfices du crudivorisme sont contrebalancés par quelques inconvénients. En effet, si la cuisson alimentaire élimine vitamines et enzymes, il ne faut pas oublier non plus qu’elle permet aussi l’assimilabilité de certains nutriments et la destruction d’éléments dits allergènes. Manger cru n’est pas dangereux mais nécessite une hygiène draconienne !

Les inconvénients :

  • Ne permet pas à tous les nutriments de se fixer dans l’organisme (protéines animales et végétales, amidon des pommes de terre, etc)
  • Risque de danger allergique et toxicologique
  • Nécessite une hygiène très précautionneuse

« Crusine » et crudités : un mariage surprenant mais possible !

Contrairement à ce que l’on pourrait croire, les aliments crus se cuisinent également. Appelé « crusine », cela consiste à mijoter des plats et des salades constitués de crudités s’associant parfaitement. Si vous ne voyez toujours pas quels aliments crus vous pourriez consommer, voici une sélection non exhaustive pour vos recettes de crusine :

  • Les fruits à coque (amandes, noisettes, noix)
  • L’ail
  • Les brocolis
  • Les jus de fruits et légumes (la pasteurisation entraîne la perte des vitamines et des enzymes)
  • Le cacao pur
  • Les algues
  • Le sel naturel

A l’inverse, si vous voulez vous essayer aux aliments crus, bannissez les feuilles de rhubarbe, les côtes de bettes, les fanes de betteraves et de navet qui contiennent de l’acide oxalique, toxique ! Et pour ceux qui n’imaginent pas passer l’hiver sans leur soupe maison, sachez qu’on peut faire des soupes sans cuire les légumes au préalable ! Pour découvrir des recettes aussi goûteuses que surprenantes, rendez-vous ici.

Next Post

Previous Post

Leave a Reply

Theme by Anders Norén

© Copyright Les-nouvelles-de-charlene.fr - RSS